En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Dans la Presse

Tous les articles (13)
  • Les écoles et le collège préparent la mise en place du cycle 3 (9-02-2017)

    Par Administrateur marc-seguin, publié le lundi 13 février 2017 14:50 - Mis à jour le lundi 13 février 2017 15:32

    Session de travail lundi 6 février au soir, pour les professeurs de CM des écoles et de sixièmes du collège. À l’ordre du jour, la programmation des savoirs  à maîtriser par les élèves sur les trois niveaux du cycle 3, incluant CM1, CM2 et 6e. Les échanges ont été fructueux entre enseignants. À l’issue des presque deux heures de travail, et d’une analyse transversale des nouveaux programmes en lien direct avec le socle commun des apprentissages, la répartition sur les niveaux de scolarité est quasiment effectuée. Dans un mois, il faudra se pencher sur les sciences, les langues vivantes, les arts et l’EPS.

     

  • La famille devient le sujet central d’un atelier de théâtre pour les élèves

    Par Administrateur marc-seguin, publié le lundi 13 février 2017 15:30 - Mis à jour le lundi 13 février 2017 15:30

    MERCREDI 8 FÉVRIER 2017
    www.leprogres.fr

    Hier, poursuite du projet d’expression théâtrale associant élèves et collégiens, en partenariat avec La Comédie de Saint-Étienne.

     

     

    Avec Elsa Imbert, comédienne, l’improvisation prend forme et les élèves s’expriment pleinement. Photo Dominique JOUBERT

     

     

     

     

     

     

    Une journée au collège pour lesélèves de CM2 de l’école élémentaire Paganini cette semaine, dans le cadre du projet en partenariat avec La Comédie. Avec au menu pédagogique, un travail important associant les quatrièmes de l’établissement et les artistes de La Comédie de Saint-Étienne. « La thématique sera celle des sentiments de fratrie », explique Magali de Carvalho, professeure en CM2 à l’école Paganini et directrice de l’établissement. « Du grand frère n idéal aux interrelations infrafamiliales, les élèves expriment leurs sentiments, jouent des situations fictives… »

    « Ils ont montré une formidable maturité »

    Une belle rencontre donc, avec le matin, des situations portées par les collégiens, riches d’enseignements et d’idées : « Les 4es ont montré l’exemple, a apprécié la professeure d’école. Ils ont vraiment joué le jeu du grand frère, de la grande soeur, entre tutelle et mise en scène. Ils ont démontré une formidable maturité.» Après un repas au self de l’établissement, assurant une découverte d’un aspect encore inconnu du collège, les CM2 ont partagé un temps de récréation avec les collégiens, découvrant sans ambages et avec dialogues, les acteurs de la vie scolaire. Puis, le projet a repris ses droits, avec des ateliers déjà pratiqués à l’école : maîtrise de l’espace, dissociation corps paroles, etc.

    Avec l’engagement des collégiens acteurs, autonomes et responsables, proposant des appuis quasi professionnels aux élèves du 1er degré. Et, alors que ces derniers recomposaient le rang habituel pour regagner l’école Paganini, l’enseignante a situé les prochains enjeux et les futures étapes du projet : « Les élèves vont proposer des lectures offertes puis, dans un deuxième temps, aborderont l’écrit sous forme de contes. Ce dernier point sera travaillé en profondeur, nécessitant de multiples cohérences pour un texte porteur de sens. Enfin, les écrits produits monteront sur scène, l’objectif restant bien une production théâtrale lors de l’ouverture de la nouvelle Comédie, à l’automne.»

     

  • « Connaître les métiers pour choisir son orientation »

    Par Administrateur marc-seguin, publié le lundi 13 février 2017 15:17 - Mis à jour le lundi 13 février 2017 15:20

    Une rencontre partenariat collège/monde du travail s’est tenue, ce jeudi, à Marc-Seguin, autour d’un petit-déjeuner convivial. Avec l’orientation choisie en ligne de mire…

    MONTRE YNAUD ÉCOLES/ENTREPRISES

    VENDREDI 27 JANVIER 2017 LE PROGRÈS

    www.leprogres.fr

    Peu d’entreprises jeudi matin au collège Marc-Seguin pour le petit- déjeuner de rencontre entre professionnels économiques et représentants de l’établissement. Et si ce moment convivial, troisième du nom, n’a pas attiré tous les acteurs, la présence des structures et d’élus concernés a permis de commencer à tisser des réseaux efficaces.

    « Cette rencontre entre monde de l’Éducation et monde du travail a pour objectif de constituer un réservoir diversifié d’entreprises, afin de pouvoir disposer d’un réseau pour les lieux de stage des 3e et de permettre dans le cadre du parcours Avenir, la découverte des divers secteurs professionnels pour les collégiens de 4e », a expliqué dans le détail Gérard Boyet, principal du collège Marc- Seguin.

    « Il s’agit bien de découvrir un panel large de métiers possibles »

     Parmi les partenaires présents, le Greta Loire, avec Dominique Granger, conseiller en formation, et Face- Loire, avec Florian Nicolas, chargé de projet RSE et Betty Vacher, coordinatrice écoles/entreprises. Cette dernière a ainsi pu travailler avec Olivier Félix, professeur en charge du parcours Avenir au collège, pour programmer deux rencontres avec des professionnels : « Nous assurons la rencontre avec cinq-six professionnels pour les élèves de 4e », explique le professeur.

    « Il s’agit bien de découvrir un panel large de métiers possibles, pour commencer à disposer d’éléments objectifs, pour une orientation choisie ». Les élues ne sont pas restées inactives, entre Christiane Jodard, adjointe municipale stéphanoise, également conseillère départementale, et Marie-Michelle Vialleton, conseillère départementale, élue dans le canton. L’élue municipale va activer les réseaux internes : « C’est un dossier que je vais suivre avec attention. Je vais donner au collège des contacts au sein de la ville et du conseil départemental pour aider à trouver des terrains de stage. J’ai travaillé dans le secteur du bâtiment, j’ai accueilli des stagiaires et je sais qu’il y a un besoin réel en main-d’oeuvre formée et qualifiée dans ce domaine ».

    La conseillère départementale Marie-Michelle Vialleton va également monter au créneau : « Nous allons questionner les réseaux entrepreneuriaux locaux et voir avec les dispositifs d’insertion existant ». 

     

    Autour de la table et du café convivial, des partenaires à l’objectif commun : permettre aux collégiens une découverte du monde du travail. Avec Gérard Boyer, principal du collège, deuxième à partir de la gauche. Photo Dominique JOUBERT

     

     

     

    Betty Vacher, coordinatrice Face Loire et Olivier Félix, professeur
    coordonnateur du parcours Avenir, ont concrétisé une coopération

    efficace et déjà programmée. Photo Dominique JOUBERT

     

     

     

    Parmi les acteurs de l’opération de jeudi matin, un nouveau principal adjoint a pris ses marques, suivant avec attention le débat et les échanges. Alain Makinadjian a, en effet, intégré l’établissement depuis quelques jours déjà, succédant à Djamel Mahiaoui.

    Rencontre avec Alain Makinadjian,

    Comment êtes-vous arrivé au collège Marc-Seguin ?

    « M. Mahiaoui a été appelé à assurer un remplacement d’un chef d’établissement dans la plaine du Forez. Je suis donc là pour assurer les fonctions de principal adjoint jusqu’en juin au plus tard. »

     

    D’où venez-vous ?

    « Je suis directeur de l’école élémentaire Lamartine à Saint-Chamond depuis quatre ans, un établissement qui accueille 200 élèves, donc de taille équivalente au collège Marc-Seguin. »

     

    Quels sont les enjeux de ce remplacement ?

    « Je vais assurer la continuité pédagogique, participer au pilotage de l’établissement, dans un esprit de suivi de l’existant. Il est important de poursuivre l’action entreprise pour la réussite de tous les collégiens. »

     

    Comment percevez-vous l’établissement ?

    « Les premiers contacts sont très positifs, les équipes sont engagées, au service de l’élève. C’est, pour moi, une belle et nouvelle aventure qui commence ! »

    « Il est important de poursuivre l’action entreprise pour les collégiens »

    Alain Makinadjian,
    nouveau principal adjoint
    à Marc-Seguin.
    Photo Dominique JOUBERT

     

     

  • Les CM2 se forment au collège Marc-Seguin (2-06-2016)

    1
    Par Administrateur marc-seguin, publié le mardi 15 novembre 2016 19:37 - Mis à jour le mardi 15 novembre 2016 19:48

    MONTREYNAUD EDUCATION Internet : les CM2 se forment au collège Marc-Seguin

    Les CM2 de l’école Saint-Saëns ont approfondi l’utilisation d’Internet. Après avoir obtenu, avec mention, leurs permis Internet, grâce à un travail de fond dans le cadre de l’enseignement moral et civique, les élèves de CM2 ont bénéficié de quatre ateliers pilotés par les collégiens et destinés à renforcer les bons réflexes quant aux usages d’Inter- net. Grâce à un site dédié accessible également à la maison, les débats ont été fertiles en échanges. Les collégiens ont explicité les quatre modules, du droit à l’image à la vie privée, en passant par la liberté d’expression et le surf tranquille. Naëla, élève de 6e, situe les enjeux et les risques : « Il faut faire attention à ce que l’on publie sur Internet et les réseaux sociaux. Pour préserver son droit à disposer de son image. » Attentifs, les CM2 posent des questions pertinentes. « On peut parler avec des gens inconnus ? Il n’y a pas de risques si on ne fait que tchater ? » « Ne partage pas des infos avec n’importe qui », tance la collégienne. » Un étage plus bas, c’est la vie privée qui s’étale sur l’écran, avec un exemple de choix, celui du professeur accueillant : « Avec un moteur de recherche, on retrouve facilement ses photos et ses publications. Il est donc incontournable de rester correct, de critiquer si besoin, mais sans insulter, ni diffamer. » Et le professeur des CM2, Olivier Rouchon, apprécie l’opération : « C’est une découverte originale du collège, qui aborde les questions relatives au vivre ensemble, en société comme l’an prochain au collège, avec entre autres élément traité, l’utilisation du téléphone portable et de ses nombreuses possibilités.

     

    Naëla a partagé ses connaissances
    avec les élèves de CM2

    http://www.leprogres.fr/loire/saint-etienne

    » INFO Site Internet : www.internetsanscrainte.fr


     

  • De l'enrichissement culturel à la maîtrise langagière (28-03-2016)

    1
    Par Administrateur marc-seguin, publié le mercredi 30 mars 2016 18:05 - Mis à jour le mercredi 30 mars 2016 18:33

    www.leprogres.fr

    Trois fois par semaine, de 8 à 9 heures, les classes de 6e participent au projet Langages et Cultures. Explications.

    Le projet Langages et Cultures est un rituel bien ancré dans les emplois du temps des 6e de Marc-Seguin et une opération aux multiples facettes, comme l’expliquent les professeures engagées dans l’opération : « Nous avons inscrit ce projet sur l’année, pour approfondir la maîtrise de la langue française : développer l’écoute, enrichir le vocabulaire, structurer la syntaxe et aussi, grâce aux lectures de classique de notre littérature, ouvrir des horizons culturels.»

    «Madame, péripéties, qu’est-ce que ça veut dire?»

    Cette matinée-là, c’est L’Odyssée et l’intrépide Ulysse qui sont à la barre. Après un retour sur l’épisode de la veille, doté de souvenirs vivaces des élèves, Fatiha Beryoun, la professeure de Lettres, se lance dans la lecture de l’épisode du jour, celui de la rencontre d’Ulysse avec les sirènes. Un impressionnant silence se met en place dans la classe, l’enseignante déroulant le texte sans temps mort.

    Parfois, un élève interrompt sans ambages, preuve d’une envie forte de compréhension de l’histoire : « Madame, péripéties, qu’est-ce que ça veut dire ?». Réponse de la professeure, qui poursuit la lecture. Une fois le texte lu, c’est un résumé oral qui est effectué.

    Et les multiples participations prouvent sans conteste un suivi et une compréhension efficiente d’un texte plutôt ardu dans sa forme.

    La salle de classe, devient un plateau littéraire

    Puis, temps fort de la séance, c’est la question quasiment philosophique qui est dégagée d’une manière unanime : « Faut-il fuir devant un danger ? ». Le débat s’engage, les échanges respectueux des idées d’autrui fusant dans la salle de classe, devenue un temps un plateau littéraire ! Si les uns pensent : « Fuir devant le danger, comme un serpent ? C’est peut-être se mettre en danger, car, si on l’effraie, il fuira», d’autres étayent leurs positions: « Si le danger, c’est un grand trou, on peut le contourner, ce n’est pas forcément fuir, c’est l’éviter ». La synthèse finale précédera le passage par l’écrit , chacun étayant son argumentation sur le cahier dédié.

    Puis sonnerie aidant, les élèves débuteront alors leurs cours plus traditionnels de disciplines scolaires, un peu plus riches scolairement et culturellement qu’avant…

     

     

    « Nos élèves possèdent désormais de nombreuses références culturelles »

    Fatiha Beryoun, quel constat vous a amené à l’élaboration de ce projet ?

     

    -« Nous trouvions que nos 6e avaient besoin d’un enrichissement langagier, avec plus de vocabulaire et de syntaxe ; d’un apport culturel diversifié et approfondi ; d’une construction de la citoyenneté par une réflexion argumentée. C’est pour cela que l’an dernier, nous avons élaboré et mis en œuvre le projet « Langage et Cultures », avec 4 heures pour les 6e. Cette année, 3 heures sont dédiées à ce niveau, et 2 heures sont désormais programmées pour les 5e. »

    Constatez-vous des premiers résultats positifs ?

     -« En histoire, l’enrichissement culturel est patent sur la période de l’Antiquité. Nos élèves possèdent désormais de nombreuses références qu’ils réinvestissent. En français, le vocabulaire acquis lors des séances est utilisé lors d’autres activités. En tant que professeur de français en 6e, je constate l’évolution au fil de l’année, de la compréhension des textes à la naissance d’une réflexion argumentée complexe, sur la langue comme sur les situations quotidiennes. Et à la bibliothèque du collège, l’envie de lire est exponentielle ! »

    Quelles perspectives pour ce projet ?

    -« Il nous faut évaluer plus finement les progrès réalisés par les élèves. Nous avons pour cela sollicité et obtenu l’aide des Cardie (conseillers académiques en recherche développement), innovation et expérimentation. Dans le cadre du REP + (Réseau d’éducation prioritaire), la prochaine formation va nous permettre une réflexion commune sur l’ensemble du cycle 3. »

     

    Vous intervenez également dans les écoles…

    « Oui, avec une heure hebdomadaire par CM2 dans les cinq écoles cette année, la continuité est facilitée, les liens tissés et resserrés. »

     

     

    Fatiha Beryoun intervient dans
    les classes de CM2 des écoles
    du réseau REP +.
    Photo DR